Scroll to navigation

SET_MEMPOLICY(2) Manuel du programmeur Linux SET_MEMPOLICY(2)

NOM

set_mempolicy - Configurer la politique de la mémoire NUMA par défaut pour un thread et ses enfants

SYNOPSIS

#include <numaif.h>
long set_mempolicy(int mode, const unsigned long *nodemask,
                   unsigned long maxnode);
Effectuez l'édition des liens avec l'option -lnuma.

DESCRIPTION

set_mempolicy() définit la politique de la mémoire NUMA du thread appelant, qui consiste en un mode de politique et zéro ou plusieurs nœuds, aux valeurs spécifiées dans les arguments mode, nodemask et maxnode.

Une machine NUMA a différents contrôleurs mémoire à différentes distances des processeurs particuliers. La politique de la mémoire définit à partir de quel nœud la mémoire pour ce thread sera allouée.

Cet appel système définit la politique par défaut pour le thread. La politique de thread gouverne l'allocation de page dans l'espace adressable du processus en dehors des plages mémoire contrôlées par une politique plus spécifique définie par mbind(2). La politique de thread par défaut contrôle également l'allocation de toute page pour les fichiers projetés en mémoire en utilisant l'appel système mmap(2) avec l'attribut MAP_PRIVATE, qui n’est lue (chargée) que par le thread, et pour les fichiers projetés en mémoire en utilisant l'appel mmap(2) avec l'attribut MAP_SHARED, quel que soit le type d'accès. La politique ne s'applique que lorsqu'une nouvelle page est allouée pour le thread. Pour la mémoire anonyme, cela est fait lorsque la page est modifiée pour la première fois par le thread.

Le paramètre mode doit spécifier l'un des attributs parmi MPOL_DEFAULT, MPOL_BIND, MPOL_INTERLEAVE, MPOL_PREFERRED et MPOL_LOCAL (qui sont décrits en détails ci-dessous). Toutes les modes de politique excepté MPOL_DEFAULT nécessitent que l'appelant spécifie, dans le paramètre nodemask, le ou les nœuds auxquels s'appliquent le mode.

L'argument mode peut aussi contenir des attributs optionnels. Les valeurs possibles sont :

Une valeur non vide de nodemask indique des identifiants de nœuds physiques. Linux ne va pas recalculer le nodemask quand le processus est déplacé vers un contexte de processeurs différent, ni quand l'ensemble des nœuds autorisés par le contexte du processus actuel est modifié.
Un paramètre nodemask non vide indique les identifiants des nœuds relatifs à l'ensemble des identifiants de nœuds autorisés pour le contexte de l'ensemble de processeurs en cours pour le processus.

nodemask pointe vers un masque de bits d'identifiants de nœuds qui contient jusqu'à maxnode bits. La taille du masque de bits est arrondie au multiple supérieur de sizeof(unsigned long), mais le noyau n'utilisera que jusqu'à maxnode bits. Une valeur NULL pour nodemask ou une valeur maxnode de zéro indique un ensemble vide de nœuds. Si la valeur de maxnode est zéro, l'argument nodemask est ignoré.

Quand une valeur de nodemask est nécessaire, elle doit contenir au moins un nœud actuellement disponible et autorisé par le contexte du processus actuel (à moins que l'attribut MPOL_F_STATIC_NODES ne soit spécifié), et qui contient de la mémoire. Si l'attribut MPOL_F_STATIC_NODES est mis dans mode et si un nodemask nécessaire ne contient aucun nœud autorisé par le contexte du processus actuel, la politique pour la mémoire est forcée à allocation locale (local allocation). La politique sera réellement modifiée, sauf si le contexte du processus actuel contient au moins un des nœuds spécifiés par nodemask.

L'argument mode doit inclure une des valeurs suivantes :

Ce mode indique que toute politique de mémoire du thread autre que celle par défaut doit être supprimée, afin que la politique de mémoire se « rabatte » sur la politique par défaut du système. La politique par défaut du système est « local allocation », c'est-à-dire allouer la mémoire sur le nœud du processeur qui a déclenché l'allocation. nodemask doit être spécifié comme NULL. Si le « nœud local » ne contient pas de mémoire libre, le système tentera d'allouer de la mémoire à partir d'un nœud « à proximité ».
Ce mode définit une politique stricte qui restreint l'allocation mémoire aux nœuds spécifiés dans nodemask. Si nodemask indique plus d'un nœud, les allocations de pages se feront d'abord à partir du nœud dont l'identifiant numérique est le plus petit jusqu'à ce que ce nœud ne contienne plus de mémoire libre. Les allocations se feront ensuite à partir du nœud dont l'identifiant est le prochain plus grand spécifié dans nodemask et ainsi de suite jusqu'à ce que plus un seul nœud indiqué ne contienne de mémoire libre. Il n'y aura pas d'allocation de pages à partir de nœuds non indiqués dans nodemask.
Ce mode entrelace les allocations de pages à travers les nœuds spécifiés dans nodemask dans l'ordre de l'identifiant numérique de nœud. Cela optimise la bande passante au lieu de la latence en étalant les accès pages et mémoires à ces pages à travers plusieurs nœuds. Toutefois, les accès à une seule page seront limités à la bande passante mémoire d'un seul nœud.
Ce mode définit le nœud préféré pour l'allocation. Le noyau essaiera d'allouer des pages d'abord à partir de ce nœud et se repliera sur des nœuds voisins s'il ne reste que peu de mémoire libre sur le nœud préféré. Si nodemask spécifie plus d'un identifiant de nœud, le premier nœud du masque sera choisi comme le nœud préféré. Si les arguments nodemask et maxnode spécifient l'ensemble vide, la politique indique « local allocation » (comme la politique par défaut du système abordée ci-dessus).
Ce mode indique « local allocation » ; la mémoire est allouée sur le nœud du processeur qui a déclenché l'allocation (le « local node »). Les paramètres nodemask et maxnode doivent indiquer l'ensemble vide. Si le « local node » est faible en mémoire, le noyau essaiera d'allouer de la mémoire à partir d'autres nœuds. Le noyau allouera de la mémoire à partir du « local node » à chaque fois que de la mémoire dans ce nœud sera disponible. Si le « local node » n'est pas autorisé par le contexte de l’ensemble de processeurs actuel du processus, le noyau essaiera d'allouer de la mémoire à partir d'autres nœuds. Le noyau allouera de la mémoire à partir du « local node » à chaque fois que ce sera autorisé par le contexte de l’ensemble de processeurs actuel du processus.

La politique mémoire de thread est préservée au travers d'un execve(2) et est récupérée par les processus enfant créés avec fork(2) ou clone(2).

VALEUR RENVOYÉE

S'il réussit, set_mempolicy() renvoie 0 ; s'il échoue, il renvoie -1 et écrit errno en conséquence.

ERREURS

Une partie de la plage mémoire spécifiée par nodemask et maxnode pointe en dehors de votre espace d'adressage accessible.
mode n'est pas valable. Ou, mode est MPOL_DEFAULT et nodemask n'est pas vide, ou mode est MPOL_BIND ou MPOL_INTERLEAVE et nodemask est vide. Ou, maxnode spécifie plus d'une page de bits. Ou, nodemask spécifie un ou plusieurs identifiants de nœud qui sont plus grands que l'identifiant maximal de nœud pris en charge. Ou aucun des identifiants de nœuds spécifiés par nodemask ne sont disponibles et autorisés par le contexte en cours d’ensemble de processeurs du processus ou aucun des nœuds spécifiés ne contient de mémoire. Ou l’argument mode spécifie à la fois MPOL_F_STATIC_NODES et MPOL_F_RELATIVE_NODES.
La mémoire disponible du noyau n'était pas suffisante.

VERSIONS

L'appel système set_mempolicy() a été ajouté au noyau Linux dans la version 2.6.7.

CONFORMITÉ

Cet appel système est spécifique à Linux.

NOTES

La politique de mémoire n'est pas mémorisée si la page est transférée. Lorsqu'une telle page est réimportée en mémoire, elle utilisera la politique du thread ou de la plage mémoire qui était effective au moment où la page est allouée.

Pour des informations sur la prise en charge des bibliothèques, consultez numa(7).

VOIR AUSSI

get_mempolicy(2), getcpu(2), mbind(2), mmap(2), numa(3), cpuset(7), numa(7), numactl(8)

COLOPHON

Cette page fait partie de la publication 5.10 du projet man-pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies et la dernière version de cette page peuvent être trouvées à l'adresse https://www.kernel.org/doc/man-pages/.

TRADUCTION

La traduction française de cette page de manuel a été créée par Christophe Blaess <https://www.blaess.fr/christophe/>, Stéphan Rafin <stephan.rafin@laposte.net>, Thierry Vignaud <tvignaud@mandriva.com>, François Micaux, Alain Portal <aportal@univ-montp2.fr>, Jean-Philippe Guérard <fevrier@tigreraye.org>, Jean-Luc Coulon (f5ibh) <jean-luc.coulon@wanadoo.fr>, Julien Cristau <jcristau@debian.org>, Thomas Huriaux <thomas.huriaux@gmail.com>, Nicolas François <nicolas.francois@centraliens.net>, Florentin Duneau <fduneau@gmail.com>, Simon Paillard <simon.paillard@resel.enst-bretagne.fr>, Denis Barbier <barbier@debian.org>, David Prévot <david@tilapin.org> et Jean-Philippe MENGUAL <jpmengual@debian.org>

Cette traduction est une documentation libre ; veuillez vous reporter à la GNU General Public License version 3 concernant les conditions de copie et de distribution. Il n'y a aucune RESPONSABILITÉ LÉGALE.

Si vous découvrez un bogue dans la traduction de cette page de manuel, veuillez envoyer un message à debian-l10n-french@lists.debian.org.

21 décembre 2020 Linux