Scroll to navigation

UNSHARE(2) Manuel du programmeur Linux UNSHARE(2)

NOM

unshare - Désassocier certaines parties du contexte d'exécution

SYNOPSIS

#define _GNU_SOURCE
#include <sched.h>
int unshare(int flags);

DESCRIPTION

unshare() permet à un processus (ou à un thread) de désassocier certaines parties de son contexte d'exécution qui sont actuellement partagées avec d'autres processus (ou d'autres threads). Une partie du contexte d'exécution, comme l'espace de noms de montage, est implicitement partagée quand un processus est créé avec fork(2) ou vfork(2), alors que d'autres parties, comme la mémoire virtuelle, peuvent être partagées en faisant explicitement la demande lors de la création d'un processus ou d'un thread avec clone(2).

L'intérêt principal de unshare() est de permettre à un processus de contrôler son contexte d'exécution partagé sans avoir à créer un nouveau processus.

L'argument flags est un masque de bits qui indique quelles parties du contexte d'exécution doivent être désassociées. Cet argument est construit comme un OU binaire entre les constantes suivantes :

A l'effet inverse de l'attribut CLONE_FILES de clone(2). Supprimer le partage de la table des descripteurs de fichier, afin que le processus appelant ne partage plus ses descripteurs de fichier avec d'autres processus.
Annuler l'effet de l'attribut CLONE_FS de clone(2). Supprimer le partage des attributs de système de fichiers, afin que le processus appelant ne partage plus son répertoire racine (chroot(2)), son répertoire courant (chdir(2)) et sa valeur d'umask (umask(2)) avec d'autres processus.
Cet attribut a le même effet que l'attribut CLONE_NEWCGROUP de clone(2). Départager l'espace de noms cgroup. L'utilisation de CLONE_NEWCGROUP nécessite la capacité CAP_SYS_ADMIN.
Cet attribut a le même effet que l'attribut CLONE_NEWIPC de clone(2). Supprimer le partage de l'espace de noms IPC, afin que le processus appelant ait une copie privée de l'espace de noms IPC qui ne soit pas partagée avec d'autres processus. L'utilisation de cet attribut implique automatiquement aussi CLONE_SYSVSEM. L'utilisation de CLONE_NEWIPC nécessite la capacité CAP_SYS_ADMIN.
Cet attribut a le même effet que l'attribut CLONE_NEWNET de clone(2). Supprimer le partage de l'espace de noms de réseau, afin que le processus appelant soit déplacé dans un nouvel espace de noms de réseau qui n'est pas partagé avec d'autres processus. CLONE_NEWNET nécessite la capacité CAP_SYS_ADMIN.
Cet attribut a le même effet que l'attribut CLONE_NEWNS de clone(2). Supprimer le partage de l'espace de noms de montage, afin que le processus appelant ait une copie privée de son espace de noms qui ne soit pas partagée avec d'autres processus. L'utilisation de cet attribut implique automatiquement aussi CLONE_FS. L'utilisation de CLONE_NEWNS nécessite la capacité CAP_SYS_ADMIN. Pour plus d'informations, consultez mount_namespaces(7).
Cet attribut a le même effet que l'attribut CLONE_NEWNS de clone(2). Supprimr le partage l'espace de noms PID, afin que le processus génère un nouvel espace de noms PID qui ne soit pas partagé avec d'autres processus antérieurs et qui sera celui de ses enfants. Le processus appelant ne change pas d'espace de noms. Le premier enfant créé par le processus appelant aura l'identifiant 1 et sera init(1) dans le nouvel espace de noms. CLONE_NEWPID implique automatiquement CLONE_THREAD. L'utilisation de CLONE_NEWPID nécessite de disposer de la capacité CAP_SYS_ADMIN. Pour plus d'informations, consultez pid_namespaces(7).
Supprimer le partage de l'espace de noms temps, afin que le processus appelant ait une copie privée de son espace de noms qui ne soit pas partagée avec d'autres processus. Le processus appelant n'est pas déplacé dans le nouvel espace de noms. L'utilisation de CLONE_NEWTIME nécessite la capacité CAP_SYS_ADMIN. Pour plus d'informations, consultez time_namespaces(7).
Cet attribut a le même effet que l'attribut CLONE_NEWUSER de clone(2). Supprimer le partage de l'espace de noms utilisateur, afin que le processus appelant soit déplacé dans un nouvel espace de noms utilisateur qui n'est pas partagé avec d'autres processus. Comme pour les enfants créés par clone(2) avec l'attribut CLONE_NEWUSER, l'appelant obtient un ensemble complet de capacités dans le nouvel espace de noms.
CLONE_NEWUSER nécessite que le processus appelant ne soit pas multi-threadé ; si CLONE_NEWUSER est spécifié, CLONE_THREAD l'est automatiquement. À partir de Linux 3.9, CLONE_NEWUSER implique également automatiquement CLONE_FS. CLONE_NEWUSER nécessite que les identifiants utilisateur et groupe du processus appelant correspondent aux identifiants utilisateur et groupe dans l'espace de noms utilisateur du processus appelant au moment de l'appel.
Pour obtenir plus d'informations sur les espaces de noms utilisateur, consultez user_namespaces(7).
Cet attribut a le même effet que l'attribut CLONE_NEWUTS de clone(2). Départager l'espace de noms IPC UTS, afin que le processus appelant ait une copie privée de l'espace de noms UTS qui ne soit pas partagée avec d'autres processus. L'utilisation de CLONE_NEWUTS nécessite la capacité CAP_SYS_ADMIN.
Cet attribut inverse l'effet de l'attribut CLONE_SYSVSEM de clone(2). Supprimer le partage des valeurs d'ajustement des sémaphores System V (semadj), afin que le processus appelant ait une nouvelle liste semadj vide qui ne soit partagée avec aucun autre processus. S'il s'agit du dernier processus ayant une référence à la liste (semadj) du processus courant, alors les ajustements de cette liste sont appliqués aux sémaphores correspondants, tels que décrit dans semop(2).

De plus, CLONE_THREAD, CLONE_SIGHAND et CLONE_VM peuvent être invoqués dans flags si l'appelant est mono-threadé (c'est-à-dire s'il ne partage pas son espace d'adressage avec un autre processus ou un autre thread). Dans ce cas, ces attributs sont sans effet. Notez également que spécifier CLONE_THREAD implique automatiquement CLONE_VM, et que spécifier CLONE_VM implique automatiquement CLONE_SIGHAND. Si le processus est multi-threadé, al’utilisation de ces attributs mène à une erreur.

Si flags vaut zéro, unshare() n'a aucun effet : le contexte d'exécution du processus appelant n'est pas modifié.

VALEUR RENVOYÉE

S'il réussit l'appel renvoie zéro, sinon il renvoie -1 et errno est défini pour indiquer l'erreur.

ERREURS

Un attribut non autorisé est indiqué dans flags.
CLONE_THREAD, CLONE_SIGHAND ou CLONE_VM figurait dans flags, et l'appelant était multi-threadé.
CLONE_NEWIPC a été spécifié dans flags, mais le noyau n'a pas été configuré avec les options CONFIG_SYSVIPC et CONFIG_IPC_NS.
CLONE_NEWNET a été spécifié dans flags, mais le noyau n'a pas été configuré avec l'option CONFIG_NET_NS.
CLONE_NEWPID a été spécifié dans flags, mais le noyau n'a pas été configuré avec l'option CONFIG_PID_NS.
CLONE_NEWUSER a été spécifié dans flags, mais le noyau n'a pas été configuré avec l'option CONFIG_USER_NS.
CLONE_NEWUTS a été spécifié dans flags, mais le noyau n'a pas été configuré avec l'option CONFIG_UTS_NS.
CLONE_NEWPID a été spécifié dans flags, mais le processus a appelé auparavant unshare() avec l'attribut CLONE_NEWPID.
Impossible d'allouer suffisamment de mémoire pour copier les parties du contexte de l'appelant qui doivent être rendues privées.
CLONE_NEWPID a été spécifié dans flags, mais l'appel provoquerait un dépassement de la limite d'imbrication d'espaces de noms utilisateur. Consultez pid_namespaces(7).
CLONE_NEWUSER a été spécifié dans flags et l'appel provoquerait un dépassement de la limite d'imbrication d'espaces de noms utilisateur .Consultez user_namespaces(7).
De Linux 3.11 à Linux 4.8, l'erreur indiquée dans ce cas était EUSERS.
Une des valeurs dans flags spécifiait la création d'un nouvel espace de noms utilisateur, mais faire cela provoquerait le dépassement de la limite définie par le fichier correspondant dans /proc/sys/user. Pour plus de détails, consultez namespaces(7).
Le processus appelant n'avait pas les privilèges appropriés pour effectuer cette opération.
CLONE_NEWUSER a été spécifié dans flags, mais l'identifiant utilisateur effectif ou l'identifiant groupe effectif de l'appelant n'a pas de correspondance dans l'espace de noms parent (consultez user_namespaces(7)).
CLONE_NEWUSER figure dans flags et l'appelant se trouve dans un environnement chroot (c'est-à-dire que le répertoire racine de l'appelant ne correspond pas au répertoire racine de l'espace de noms de montage dans lequel il se trouve).
CLONE_NEWUSER a été spécifié dans flags et l'appel provoquerait un dépassement de la limite d'imbrication d'espaces de noms utilisateur. Voir la discussion sur l'erreur ENOSPC ci-dessus.

VERSIONS

L'appel système unshare() est apparu dans Linux 2.6.16.

CONFORMITÉ

L'appel système unshare() est spécifique à Linux.

NOTES

Tous les attributs de processus qui peuvent être partagés lorsqu'un processus est créé avec clone(2) ne peuvent pas être rendus privés avec unshare(). En particulier, dans le noyau 3.8, unshare() n'implémente pas de drapeaux inversant les effets de CLONE_SIGHAND, CLONE_THREAD ou CLONE_VM. Cette fonctionnalité pourra être ajoutée plus tard si nécessaire.

EXEMPLES

Le programme ci-dessous est une implémentation simple de la commande unshare(1) qui supprime le partage d'un ou plusieurs espaces de noms et exécute la commande fournie en argument. Voici un exemple d'utilisation du programme qui exécute un shell dans un nouvel espace de noms de montage, puis vérifie que le shell initial et le nouveau shell sont bien dans des espaces de noms de montage séparés :


$ readlink /proc/$$/ns/mnt
mnt:[4026531840]
$ sudo ./unshare -m /bin/bash
# readlink /proc/$$/ns/mnt
mnt:[4026532325]

Les deux chaînes renvoyées par readlink(1) sont différentes, ce qui montre que les deux shells se trouvent dans des espaces de noms de montage différents.

Source du programme

/* unshare.c

Une implémentation simple de la commande unshare(1): supprimer
le partage des espaces de noms et exécuter une commande. */ #define _GNU_SOURCE #include <sched.h> #include <unistd.h> #include <stdlib.h> #include <stdio.h> /* Une fonction de gestion des erreurs simple : afficher
un message d'erreur dépendant de la valeur de 'errno' et
terminer le processus appelant. */ #define errExit(msg) do { perror(msg); exit(EXIT_FAILURE); \
} while (0) static void usage(char *pname) {
fprintf(stderr, "utilisation : %s [options] program [arg...]\n",
pname);
fprintf(stderr, "Les options sont :\n");
fprintf(stderr, " -C supprime le partage de l'espace de noms
cgroup\n");
fprintf(stderr, " -i supprime le partage de l'espace de noms
IPC\n");
fprintf(stderr, " -m supprime le partage de l'espace de noms de
montage\n");
fprintf(stderr, " -n supprime le partage de l'espace de noms
réseau\n");
fprintf(stderr, " -p supprime le partage de l'espace de noms
PID\n");
fprintf(stderr, " -t supprime le partage de l'espace de noms
temps\n");
fprintf(stderr, " -u supprime le partage de l'espace de noms
UTS\n");
fprintf(stderr, " -U supprime le partage de l'espace de noms
utilisateur\n");
exit(EXIT_FAILURE); } int main(int argc, char *argv[]) {
int flags, opt;
flags = 0;
while ((opt = getopt(argc, argv, "CimnptuU")) != -1) {
switch (opt) {
case 'C': flags |= CLONE_NEWCGROUP; break;
case 'i': flags |= CLONE_NEWIPC; break;
case 'm': flags |= CLONE_NEWNS; break;
case 'n': flags |= CLONE_NEWNET; break;
case 'p': flags |= CLONE_NEWPID; break;
case 't': flags |= CLONE_NEWTIME; break;
case 'u': flags |= CLONE_NEWUTS; break;
case 'U': flags |= CLONE_NEWUSER; break;
default: usage(argv[0]);
}
}
if (optind >= argc)
usage(argv[0]);
if (unshare(flags) == -1)
errExit("unshare");
execvp(argv[optind], &argv[optind]);
errExit("execvp"); }

VOIR AUSSI

unshare(1), clone(2), fork(2), kcmp(2), setns(2), vfork(2), namespaces(7)

Documentation/userspace-api/unshare.rst dans les sources du noyau Linux (ou Documentation/unshare.txt avant Linux 4.12).

COLOPHON

Cette page fait partie de la publication 5.10 du projet man-pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies et la dernière version de cette page peuvent être trouvées à l'adresse https://www.kernel.org/doc/man-pages/.

TRADUCTION

La traduction française de cette page de manuel a été créée par Christophe Blaess <https://www.blaess.fr/christophe/>, Stéphan Rafin <stephan.rafin@laposte.net>, Thierry Vignaud <tvignaud@mandriva.com>, François Micaux, Alain Portal <aportal@univ-montp2.fr>, Jean-Philippe Guérard <fevrier@tigreraye.org>, Jean-Luc Coulon (f5ibh) <jean-luc.coulon@wanadoo.fr>, Julien Cristau <jcristau@debian.org>, Thomas Huriaux <thomas.huriaux@gmail.com>, Nicolas François <nicolas.francois@centraliens.net>, Florentin Duneau <fduneau@gmail.com>, Simon Paillard <simon.paillard@resel.enst-bretagne.fr>, Denis Barbier <barbier@debian.org>, David Prévot <david@tilapin.org>, Cédric Boutillier <cedric.boutillier@gmail.com>, Frédéric Hantrais <fhantrais@gmail.com> et Jean-Pierre Giraud <jean-pierregiraud@neuf.fr>

Cette traduction est une documentation libre ; veuillez vous reporter à la GNU General Public License version 3 concernant les conditions de copie et de distribution. Il n'y a aucune RESPONSABILITÉ LÉGALE.

Si vous découvrez un bogue dans la traduction de cette page de manuel, veuillez envoyer un message à debian-l10n-french@lists.debian.org.

11 avril 2020 Linux